Ancien et moderne dans une maison à Brooklyn

Pour rénover les 5 étages de leur maison de New York, les designers australiens Jeremyville et Megan Fair ont utilisé une palette classique de gris pâle et de blanc et ont créé un espace parfait en mélangent du mobilier moderne, des meubles anciens et des pièces chinés chez les antiquaires. Les cheminées et les parquets d'origine ont été restaurés et le sublime "pier mirror", typique des maisons victoriennes de Brooklyn, agrandi l'espace en renvoyant la lumière.

Appartement parisien en blanc et noir

C'est un superbe appartement de style haussmannien typiquement parisien, avec des grandes pièces en enfilade, des plafonds moulurés, de hautes fenêtres aux volets intérieurs et des magnifiques parquets travaillés en bois bicolore. 

Petit appartement glamour et moderne à Manhattan.

Ce petit appartement dans un immeuble ancien de Chelsea au cœur de NY, est celui du styliste australien Glen Proebstel. Dans l'espace ouvert living-chambre le ton de gris moyen des murs, les pièces de designers, les meubles modernes et les reproductions grands formats d’œuvres anciennes  donnent une ambiance est à la fois intime douce et masculine. La Diamond Chair de Bertoia est parfaite de légèreté près de la reproduction de Claude-Marie Dubufe. 
Une table guéridon de Jean Prouvé, un portrait ancien encadré, un vieux tabouret en bois, une commode années 50 et une chaise de Norman Cherner signent le style à la fois glamour et masculin du styliste.
Derrière le lit une grande reproduction de "Didon construisant Carthage" par William Turner définit  la fonction nuit et donne de la profondeur à l'espace.

Loft industriel et élégant à Manhattan

Le décor spectaculaire de ce loft new-yorkais a été conçu par la décoratrice espagnole Isabel López-Quesada. L'espace totalement ouvert et très lumineux est un mélange de styles moderne et industriel avec les murs blancs, les sols en béton, les colonnes et poutres en acier apparentes et les grands meubles confortables. J'adore le clin d’œil au style arabo-espagnol avec les grilles en ferronnerie qui sépare la chambre du reste de l'espace et qui rappellent les moucharabiehs.
Autour de la table encore un clin d'oeil au style espagnol avec les bancs Louis XIII recouverts de velours noir.

La maison en ceramique blanche de Jean-Pierre Raynaud

C'est en 1969 que Jean-Pierre Raynaud, artiste plasticien français, commence à construire sa maison à La Celle-Saint-Cloud à l'ouest de Paris. Dans le but de produire un espace absolu, il couvre  les sols, les murs, les plafonds et les meubles fixes de carreaux de céramique blanche de 15x15cm aux joints noirs.
L'effet est époustouflant presque surnaturel.
Sa maison-œuvre est ouverte au public de 1971 à 1988 et pendant des années il la modifie sans cesse pour la mener à un degré de perfection esthétique qui en fait la pièce maitresse de son œuvre. Dès 1988 il y vit seul et la transforme progressivement en bunker (il désignait les pièces comme secteurs d'une architecture défensive) et sa maison devient un lieu mental où il se ressource et trouve son inspiration dans une solitude complète.
En mars 1993 il décide de lui faire subir une "ultime transformation", qui équivaut pour lui à "une véritable renaissance": la destruction!
Les gravats de la maison sont exposés dans 976 containers chirurgicaux au CAPC-Musée d'Art Contemporain de Bordeaux.
Jean-Pierre Raynaud dans sa maison
Jean-Pierre Raynaud pendant la destruction de la maison en 1993
Musée d'Art Contemporain de Bordeaux: les gravats exposés dans des containers chirurgicaux
Cliquer pour voir les œuvres de Jean-Pierre Raynaud ICI